Martine Vega, Le repas des moissonneursVous avez lu « Francisco Bajèn » la semaine dernière ?

Laissez-vous emporter dans l’univers de sa femme Martine Vega !

« On dirait le Sud… »

De trois ans plus jeune que Francisco Bajèn, Martine Vega vient du pays basque espagnol. Autodidacte, nul ne sait comment elle a appris à peindre… qui plus est en cachette jusqu’à ce que Francisco Bajèn la découvre et l’encourage…

Imaginez-vous ! Assise par terre, la toile posée sur une chaise, c’est le moment de la création… Si je vous dis l’opposé de Bajèn, je n’exagère pas !
Peinture colorée, spontanée, réalisée sur le vif… Déstabilisante, dérangeante, inspirée des peintres primitifs… On adore ou on déteste ! C’est un style en action, Martine Vega illustre un théâtre de personnages en vie !

Attention au contre-sens ou à la mauvaise interprétation de ses pièces… Martine Vega ne fait référence en aucun cas à la tristesse, à la souffrance ou à l’angoisse. C’est plutôt une exaltation des bonheurs simples de la vie, authentique, fougueuse et spontanée, en résumé une œuvre TRES féminine… !

Il faut s’accrocher entre l’expérience du premier étage du musée (consacré à Francisco Bajèn) et celui du deuxième consacré à une femme de tempérament partie trop tôt… en 1974…

Le couple Bajèn-Vega ou la quête de l’idéal…

Aujourd’hui, Francisco Bajèn réside à Albi et se réjouit du succès du musée. Il participe aux journées du patrimoine ou à la nuit des musées mais reste toujours aussi énigmatique ! Amélie vous dira qu’il parle plus de sa femme que de lui-même… Ah les Artistes !!!

A bientôt pour de prochaines visites dans le Tarn !

Liens utiles :

Office du tourisme de Monestiès : www.tourisme-monesties.fr

, , , , , , , , ,