48 bastides albigeoises (tarnaises)

Le pays de l’Albigeois c’est bien sûr Albi et la cité épiscopale, mais c’est loin d’être le seul trésor de la région. Ambialet s’accroche sur les méandres du Tarn, Cordes sur Ciel s’élève au-dessus des cieux, Monestiés et ses statues grandeur nature, Penne et son château vertigineux… pour ne citer qu’eux, méritent toute votre attention.

L’aventure des bastides tarnaises commence aux 13e et 14e siècles, à l’époque de la répression contre les Cathares. Elles sont au nombre de quarante-huit et témoignent d’un urbanisme volontariste, s’adaptant au relief escarpé, le recherchant même afin
d’en faire une place forte, un lieu de pouvoir ainsi que d’échanges marchands.

Les « vrais » sites albigeois (cathares) du Tarn

Lombers où eu lieu le Concile entre évêques albigeois et catholiques en 1165.
Castres où fut allumé le 1er bûcher cathare de l’histoire par Simon de Montfort en 1210.
Lavaur dirigé par Dame Guiraude Laurac est le plus grand bûcher de l’Histoire des Cathares (400 parfait(e)s brûlé(e)s en 1211 – Montségur 200 parfaits en 1244)
Hautpoul assiégé et détruit par Simon de Montfort en 1212. Les habitants se réfugièrent dans la vallée et fondèrent Mazamet.
Lagarde Viaur, village cité dans la Chanson de la Croisade, qui résista 2 fois aux sièges de Simon de Montfort.
Avec Cordes sur ciel, Castelnau de Montmiral prototypes des bastides conçues toutes deux en 1222 pendant la croisade pour protéger les bons hommes et bonnes femmes des villes et villages détruits par Simon de Montfort. Rabastens, «nid d’hérétiques», est contraint de détruire ses remparts en 1229.
Et bien entendu Albi, siège de l’Inquisition dès 1277 avec le Palais de la Berbie et sa cathédrale « forteresse de Dieu » (1282 -1480).
Plusieurs sites comme Ambialet, Marssac, Castelnau de Lévis, Labastide de Lévis, Saint-Sulpice, Giroussens, Penne d’Albigeois, Labastide Rouairoux… ont eux
aussi été marqués par la célèbre croisade.

Attention erreur ! Une erreur de français hérétique ! Il est fréquent d’entendre ou de lire « la croisade des albigeois »…
et bien non ! C’est CONTRE les albigeois que sont venus croiser les seigneurs venus du Nord dont Simon de Montfort.