Que vous évoque le pays de Cocagne ?
Un pays fantasmé de profusion et d’abondance, source d’inspiration pour les artistes à travers les époques ?

Vous n’êtes sans doute pas loin de la vérité, mais le Pays de Cocagne doit avant tout son nom aux « coques », étape du traitement du pastel qui permet d’en tirer une teinture : le célèbre « bleu pastel ». 

Un pays arc-en-ciel

Fleurs jaune, poudre bleue, saveurs roses… Quand on dit arc-en-ciel on pense plaisir et émerveillement, à tout âge ! Des Cammazes à Saint-Sulpice, de Lautrec à Lavaur vous ressentirez cette joie simple à contempler une colline fleurie avec panorama sur les Pyrénées, un mur de brique rose ou une maison à volets bleus. L’esprit du sud-ouest est bien là !

Rose comme l’ail de Lautrec

Le seul à bénéficier du fameux Label Rouge ! Son goût subtil est très apprécié des chefs de la région.  On le trouve ici depuis le moyen-âge, en grappe appelée « manouille » et non en tresse car sa tige est rigide.

Jaune, vert puis… bleu comme le pastel

Ce bleu pastel, ce « bleu parfait » c’était l’Or Bleu qui fit la fortune du pays. Un champs fleuri d’Isatis Tinctoria est magnifiquement jaune, puis ses grandes feuilles vertes sont broyées et mises à sécher en boules, les fameuses coques ou cocagnes. Après fermentation, elles donnent l’agranat, pâte granuleuse noirâtre. Le pigment en poudre est ensuite utilisé pour produire ce bleu pastel inimitable.

Rouge comme le safran

L’Or Rouge c’est le safran ! La culture du safran de cocagne a été florissante dans la région du moyen-âge jusqu’au 18e siècle. C’était une ressource économique majeure au même titre que le pastel.
Aujourd’hui, chaque automne apparaît une fleur mystérieuse de couleur mauve dont on extrait 3 filaments de couleur rouge : le safran. Il est cultivé dans plusieurs régions du monde dont le Tarn.
Le pistil rouge séché du Crocus Sativus est très prisé des grands Chefs et des gastronomes pour la puissance de ses arômes.
C’est l’épice la plus chère du monde ! Il faut environ 200 fleurs pour obtenir un gramme d’épice !

Trésors incontournables

Aux 15e et 16e siècles la région était la plaque tournante d’une activité économique intense : le bleu ! Le bleu extrait de la plante Isatis Tinctoria, cultivée dans le Tarn, entre autres, pour la qualité de son bleu inimitable.

Dans ce « Triangle d’Or » Toulouse-Albi-Carcassonne la culture du pastel a fait prospérer bien des marchands pastelliers qui en firent le commerce dans toute l’Europe. Maisons de briques rouges et de pierres blanches, hôtels particuliers cossus, églises et autres pigeonniers structurent les villes et les paysages. Aujourd’hui ce patrimoine unique est le témoin de cette flamboyante époque !

  • Suivez les circuits et rencontrez toutes les formes des pigeonniers.
  • Grimpez les ruelles médiévales de Lautrec et visitez le moulin.
  • À Saint-Sulpice, descendez dans le souterrain, vestige d’une époque troublée.
  • À Lavaur, laissez-vous surprendre par les façades à pan de bois ou les portes anciennes.
  • Aux Cammazes plongez dans l’aventure du Canal du Midi et de Pierre-Paul Riquet.

Sorèze est classée parmi les Grands Sites Midi-Pyrénées. L’Abbaye-école de Sorèze est classée monument historique.

La voûte de Vauban aux Cammazes, construite par Pierre-Paul Riquet est inscrite au patrimoine mondial par l’Unesco dans le cadre du Canal du midi.

Un pays de cocagne extraordinaire à explorer de long en large.