Les œuvres d’Anne-Charlotte Finel explorent des univers de l'entre-deux, hypnotiques et oniriques, à la lisière de la fiction et du réel, du paysage urbain et de la forêt, de la lumière et de l'obscurité.

Description

Jour/nuit, nature/culture, artificiel/naturel… On pourrait égrainer ainsi les nombreuses dichotomies qui peuplent le travail d’Anne-Charlotte Finel. Néanmoins, loin de confrontations binaires et frontales, ses œuvres jouent au contraire de subtiles variations, d’infimes mouvements, parfois à peine perceptibles, qui en font toute la richesse et la singularité.

Qu’elle filme ces espaces transitoires, à l’orée des villes, où la nature semble avoir repris ses droits, qu’elle s’intéresse à d’impressionnantes architectures scintillant dans la nuit, ou observe au plus près des phénomènes naturels ou scientifiques, Anne-Charlotte Finel parvient toujours à transcender les images saisies. Loin d’une observation distancée et scientifique, la singularité de sa démarche tient dans la poésie qu’elle parvient à insuffler à ses œuvres. Ce décalage permanent, cette infime modification de nos points de vue, cette manière de révéler l’indicible, font tout l’intérêt de son travail. Elle parvient, à partir d’une situation a priori banale, à nous « embarquer » dans son univers entre chien et loup, à la bordure de lieux et de phénomènes qui ne s’appréhendent pas immédiatement et demandent du temps afin de comprendre ce qui nous est donné à voir. Les images qu’elle capture deviennent ainsi de véritables « environnements », difficiles à identifier, qu’ils soient microscopiques – lorsqu’elle se penche sur l’évolution d’organismes vivants tels que des algues ou le résultat de processus chimiques – ou à l’inverse démesurés, quand elle se confronte à de grands ensembles industriels.

Sans basculer vers l’abstraction – certaines de ses vidéos permettent d’ailleurs d’échafauder une amorce de narration –, Anne-Charlotte Finel instaure un rapport sensible et sensoriel à son travail, qui nous amène parfois aux confins de l’imaginaire. Cette sensation d’être happé, absorbé par l’œuvre, s’origine dans sa manière de filmer. En poussant la technique dans ses retranchements, elle parvient à donner une réelle matérialité aux images, jusqu’à laisser parfois apparaître motifs, textures ou patterns. L’artiste est également très attentive aux bandes-son qui accompagnent ses films. Elle travaille ainsi depuis plusieurs années avec le musicien Luc Kheradmand à la création de nappes sonores qui viennent souligner la dramaturgie des images.

Ouvert du mercredi au dimanche,
de 14h à 19h.
Fermé les jours fériés.

Langues parlées

  • Français

Coordonnées et contact

28, rue Rochegude
Hôtel Rochegude
81000 Albi

Afficher le N° de téléphone

Ouverture

Du 06/07 au 22/09/2019, tous les jours de 14h à 19h.

Situation

Coordonnées GPS : 43.921928, 2.146094

Calculer mon itinéraire

Mis à jour le 16 juillet 2019 par Office de Tourisme d'Albi