Chapelle voûtée d'ogives du 14e siècle. Trois étages octogonaux reposent sur une tour carrée de 36m de haut. Le chœur et le Clocher sont inscrits aux Monuments Historiques.

Description

L'église a selon toute vraisemblance été construite dans la première moitié du 14e siècle. La plaque obituaire du maître d'oeuvre du clocher est encore en place au niveau du rez-de-chaussée de l'élévation occidentale de ce dernier. Malgré quelques interrogations, le texte de la plaque obituaire a été retranscrit : "Année du seigneur 1314, moi j'ai commencé ce clocher. Année du seigneur 1322, cinq jours avant les nones de juillet mourut maître Deta Laura, que son âme repose en paix".
Le clocher, le pourtour extérieur du chevet et l'emprise générale de la nef peuvent être attribués à l'époque gothique. L'église était à deux vaisseaux : le principal ouvrait sur le choeur à pans coupés, voûté d'ogives, le vaisseau secondaire, au sud, était établi dans l'axe de la chapelle sud, située au rez-de-chaussée du clocher.
L'accès à l'escalier en vis du clocher se faisait par une porte en arc brisé ouverte dans le mur sud du choeur. Elle fut bouchée en 1786, date à laquelle les édiles décidèrent d'ouvrir la porte dans la chapelle Notre-Dame (Curvalle, p. 114). La flèche du clocher a été construite ou reconstruite au début du 15e siècle, la date de 1417 se trouvait sur la croix située au sommet ainsi que le nom de l'artisan, Jean Combret (Curvalle, p. 25). La plus ancienne cloche est celle qui se trouve à l'extérieur de la tour du clocher, elle porte la date de 1599. Au début du 17e siècle, sous l'impulsion de Marie-Louise de Voisins et de son mari Antoine de Cardaillac, l'agrandissement de l'église Saint-Thyrs est entrepris. La date de 1613 correspondant à cette campagne de reconstruction relevée par A. Combes au 19e siècle (Combes, p. 43) était gravée sur un des piliers ou des arcs de la nef. Selon le même auteur, les travaux s'interrompirent et ne reprirent qu'en 1629. L'église a du être inaugurée en 1630, une des plus anciennes de ses cloches était datée de 1637 (Combes, p. 44). Pourtant, en 1631, le couvert menaçait de s'effondrer. En 1687, l'évêque de Lavaur fait rehausser le pavé du choeur. En 1808, la flèche est consolidée. En 1830, l'entrée sud de l'église est refaite avec l'introduction d'un nouveau porche. En 1833, une nouvelle chapelle nord est construite. En 1846, à la suite de l'achat d'une maison située contre l'élévation occidentale de l'église, un nouveau corps de bâtiment sur trois niveaux abritant orgues et tribune est édifié. Un programme d'établissement de voûtes d'arêtes en plâtre est entrepris sur la nef et le choeur (A.D. Tarn, 2 O 120/3). La charpente a alors subi des remaniements et probablement des changements de pannes et de chevrons. Les travaux se clôturèrent par un monumental programme peint en trompe-l'oeil, alliant motifs ornementaux, architecturaux et de sujets religieux, réalisé par le peintre Morelli en 1848 tant sur les murs que sur les voûtes. Le clocher et le choeur ont été inscrits sur la liste supplémentaire des Monuments Historiques le 18 juin 1927.

Construite en moyen appareil de grès pour les parties gothiques, et du moellon pour les chapelles latérales les plus récentes, l'église, de plan allongé, de 34 m de long sur 15 m de large, a une hauteur sous voûte au niveau de la nef de 13 m. Un porche au sud ouvre sur la première travée de la nef. La nef compte quatre travées, et de même que le chour, est couverte d'une voûte d'arêtes en plâtre. Le choeur ouvrait auparavant sur l'escalier en vis en maçonnerie, dans ouvre, desservant les deux niveaux du clocher-tour. Au nord, quatre chapelles latérales sont ouvertes entre les contreforts, au sud, trois chapelles latérales. Au nord, les chapelles latérales à hauteur de la première et de la troisième travée de la nef sont couvertes d'une voûte d'ogives à cavets dont la clef est ornée de motifs flamboyants pouvant être datée du 15e siècle ou du début du 16e siècle. Le clocher qui a conservé sa structure du 14e siècle s'élève au-dessus d'une chapelle voûtée d'ogives dont la clef est sculptée de l'Agnus Dei et dont la retombée est assurée par des colonnettes à chapiteaux. La salle du premier étage est voûtée d'ogives quadripartites dont la retombée est assurée par des culots sculptés : tête masculine coiffée à la mode saint Louis, personnage ailé portant une barbe, personnage en buste attaqué par une bête, animal fantastique et personnage représenté en pied. L'étage campanaire à huit faces est divisé en deux niveaux et ajouré par des baies géminées couvertes d'arcs brisés à colonnette double dont le chapiteau lisse accueille un motif central, tête humaine, tête de chien, etc., au même titre que les cloîtres des ordres mendiants toulousains et celui de Saint-Papoul dans l'Aude. A l'intérieur, le beffroi en charpente à cloches est composé de bois périphériques étrésillonnés par deux écharpes formant des croix de Saint-André. La toiture du clocher est une flèche polygonale. La charpente du choeur est une structure à fermes et à pannes très remaniée comprenant deux fermes. La toiture est à croupe polygonale. La charpente de la nef est une structure à pannes encastrées dans les arcs diaphragmes maçonnés, la toiture est à longs pans.

(c) CAUE du Tarn ; (c) Inventaire général Région Midi-Pyrénées

Coordonnées et contact

1 Place de l'Hôtel de Ville
81290 Labruguière

Afficher le N° de téléphone

Ouverture

Toute l'année, tous les jours.

Situation

Coordonnées GPS : 43.540124, 2.263795

Calculer mon itinéraire

Mis à jour le 07 mars 2018 par Office de Tourisme de Castres