Et oui c’est dans le Tarn !  le Musée Goya expose des peintres de renommée mondiale comme Velázquez, Zurbarán, Goya ou Picasso. Ce musée est devenu une référence pour découvrir l’art hispanique.

Découvrir les grands d’Espagne à Castres

Cela faisait longtemps que je voulais visiter le musée Goya. Profitant d’un mois de juillet bien humide, me voilà donc parti à Castres pour découvrir les grands d’Espagne sans savoir vraiment ce que j’allais y découvrir. Première surprise, je pensais que ce musée n’était consacré qu’au peintre Goya. Pas du tout ! C’est un vaste panorama de l’art hispanique qui nous est dévoilé de l’antiquité au XXème siècle. Deuxième surprise, la qualité de la présentation des œuvres dans de vastes pièces (une dizaine en tout). Dernière surprise, le choc à la vue des gravures de Goya sur le thème « les Désastres de la guerre » et qui constituent l’exposition temporaire.

Mais commençons par le début et la salle consacrée à la période allant du Gothique international à la Renaissance. Le Retable de Saint Martin du Maître de Rofrio est un des tableaux qui symbolise le mieux cette période artistique. Ensuite, trois salles sont dédiées à ce que l’on appelle le « Siècle d’Or », qui correspond à la période de rayonnement culturel de l’Espagne en Europe au XVIIe siècle. Des œuvres de Velázquez, Zurbarán ou Murillo sont exposés dans ce musée.

Nous arrivons ensuite dans les salles qui correspondent à l’époque des Lumières et au courant romantique. C’est là que l’on découvre les trois peintures de Francisco Goya : Autoportrait aux lunettes, Portrait de Francisco del Mazo et  l’Assemblée des Philippines. Ce dernier tableau est tout à fait intéressant ; il faut s’amuser à observer les détails des personnages. A noter que des informations précieuses sont disponibles pour la plupart des tableaux grâce à des fiches à lire tout au long du parcours.

Enfin, dans la dernière salle, sont exposées des œuvres de peintres de la période située entre 1880 et le milieu du siècle dernier, dont un Picasso – Buste d’homme écrivant – qui laissa perplexe les deux pitchouns qui nous accompagnaient.

Dans toutes les salles, on découvre aussi de  nombreuses sculptures dont des statuettes Ibériques en bronze du VIe siècle avant J.C. A voir aussi une salle d’armes tout à fait impressionnante même si on du mal à voir le rapport avec le reste du musée.

Il faut maintenant parler de l’exposition temporaire qu’il ne faut pas rater. Sont exposées, après restauration, quatre-vingts estampes de la série des Désastres de la guerre de Goya. Des gravures qui, après cette exposition et pour des soucis de conservation, repartiront pour une décennie dans les réserves du musée ! Francisco Goya a été témoin des atrocités commises par les armées napoléoniennes lors de la guerre opposant l’Espagne à la France en 1808-1813. Il en ressort des gravures impressionnantes où se matérialise toute l’horreur de la guerre. A la manière d’un reporter de guerre, ses dessins sont terribles à voir. Il n’est d’ailleurs pas judicieux de montrer cette partie de l’exposition à vos plus jeunes enfants.

Après cette visite, si le temps le permet, il ne faut pas hésiter à faire une pause dans les jardins situés à l’arrière du musée et qui ont été dessinés par Le Nôtre.