Trois signes honorables ont récemment été mis en exposition au musée La Pérouse par l’Association, suite à ses recherches, servies par d’heureux hasards :

  • le document de sa nomination comme Chef d’Escadre ou Contre- Amiral (exemplaire détenu dans sa famille) écrit sur un parchemin.

Parchemin de la nomination de La Pérouse au poste de Chef d\'EscadreIl est signé par Louis XVI à Fontainebleau le 2 nov. 1786, contresigné au dos par le ministre de la Marine De Castries et par le grand Amiral de France, le Duc de Penthiévre. Ce document a été reçu par La Pérouse au Kamchatka le 27 novembre 1787. A noter au passage, que le nom de La Pérouse est écrit à plusieurs reprises en deux mots, mais que son nom de famille de Galaup n’est pas mentionné. Croix de Saint-Louis en or

  • Achat chez un antiquaire toulousain d’une vraie Croix de St Louis en or, datant du début de la Restauration.

Elle est tout à fait identique à celle que portait La Pérouse, car cette décoration qui date de St Louis, pour récompenser les mérites des officiers catholiques (les protestants ayant une décoration différente) avait été supprimée après la mort de Louis XVI et remplacée par la Légion d’honneur, également avec ruban rouge. Les officiers qui la portaient devaient la rendre à leur décès ou pendant la Révolution, déclarer prudemment qu’ils y renonçaient. La Restauration a donc repris le dernier modèle existant de la croix de St Louis, après cette interruption. La Pérouse en a bénéficié comme jeune lieutenant de Vaisseau, dès son retour de l’île de France, le 27 juillet 1777, accompagné d’une pension de 300 livres pour le récompenser de sa brillante défense de Mahé, comptoir français sur la côte Ouest des Indes.

  • Achat sur Internet de la Médaille de Cincinnatti, délivrée en 1783 aux Officiers supérieurs américains et français ayant participé à la guerre d’indépendance des Etats Unis d’Amérique.

Médaille de Cincinnatti

Louis XVI ayant approuvé la liste française proposée par le Major l’Enfant, l’amiral aveyronnais d’Estaing en fut le premier Président français. La guerre de sécession aux États-Unis avait fait tomber cet ordre en désuétude, mais l’aide américaine pour terminer la guerre de 1914-1918 a été l’occasion de revitaliser cet ordre et de rechercher les héritiers bénéficiaire. (Ils ne sont que quelques milliers des deux côtés de l’atlantique) Le modèle présenté au musée date de cet après-guerre ; cette médaille est difficile à trouver et les vendeurs cherchent à vérifier que son usage est convenable: c’est le cas pour une exposition au musée Lapérouse.

Ambassadeurs tarnais, avec votre carte, obtenez une entrée gratuite.

, , , , , , , , , , , ,

Un commentaire sur “Les honneurs de La Pérouse remis à son musée d’Albi”

Le 2 août 2009 à 5 h 26 min, LEHERISSIER a répondu :

La Pérouse, on ne rendra jamais assez hommage à ce marin, à cet homme exceptionnel comme on en fait plus en France.
JF, je crois que tu m’as toujours manqué…..

Les commentaires sont fermés.